creations

Des manteaux de laine … aux pochettes de laine

Après avoir trempé pendant une dizaine de jours dans le bassin d'eau de source (http://www.jeudchiffons.com/les-manteaux-de-laine-recup-de-belle-matiere/), les manteaux de laine  ont séché au soleil.

Je réalise à présent que quatre toisons de brebis, ça représente une grosse quantité de laine ...

 

 

 

Lors du dernier essorage, l'eau était encore grisâtre. Peut-être  les toisons étaient-elles trop tassées dans les sacs ? Peut-être le débit de l'eau n'était-il pas suffisant pour la quantité de laine immergée dans le bassin ?

Dans un rideau, j'ai cousu des sacs pour relaver la laine en petite quantité,  en fonction de mes besoins.

 

Je me rends au lavoir du hameau, équipé d'une pente bien pratique pour  essorer la laine.

La laine a perdu sa forte odeur de brebis que j'aimais tant,  mais elle a gagné en propreté ... on ne peut pas tout avoir.

Elle a aussi perdu son suint  et serait donc moins bien protégée des mites.

Il me restait du rideau, alors j'ai cousu des sacs légers pour y placer romarin, lavande, feuilles de noyer.

D'après mes vieux grimoires, ces plantes protègeraient les lainages  des attaques de mites.

 

 

Sur les conseils de Hilde (http://www.cevenat.fr/), j'ai  aussi acheté de l'huile essentielle de cèdre de l'Atlas. Pas question de me laisser envahir ...

Toute cette belle laine propre, bien qu'elle ne soit pas encore cardée, ça m'a donné envie de coudre quelque chose qui me permettrait de l'utiliser telle quelle.

Pourquoi pas des pochettes à suspendre, dans lesquelles mettre un peu de laine : quelques cotons fleuris tous différents, des carrés de  tulle pour la transparence, voici  les pochettes en cours de création.

Sur une face de chaque pochette, il y a une fenêtre  par laquelle on peut voir la laine. Si on a envie,  on peut aussi toucher la laine en glissant ses doigts dans l'ouverture de la pochette, en haut.

Il n'y a plus qu'à remplir les pochettes !

Le voilà, le petit souvenir à rapporter de votre prochain séjour au Crouzet.

... à suivre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoire *