Pêle-mêle

La carriole du Crouzet

Elle végétait sous un tas de ronces dans un coin de son jardin, la vieille carriole, je l’avais bien repérée.

Je voyais en cette carcasse aux roues gondolées d'ENORMES possibilités.

Alors, à chaque fois que nous passions devant pour descendre au potager,  je lançais tour à tour :

« t’en fais rien de cette vieille carriole ? »

« elle servait à quoi cette carriole ? »

« elle est chouette cette carriole, je la retaperai bien « 

« ça serait pas mal pour y mettre du petit bois »

« tu crois que ça s’accroche à un vélo ce genre de carriole ?»

"... et avec un âne ?"

etc,  etc ...

Mon ami berger  a fini par craquer, il a sorti la cariole des ronces et me l'a donnée.

C’était en décembre 2018 .

Pendant les fêtes de fin d’année, j'ai commencé à la retaper.

Il a fallu démonter les roues.

Là, mon ami berger m’a aidé, car le dégrippant et mes petits muscles n'ont   pas suffi pour déboulonner et décoincer les roues bien pourries.

Armée d'une brosse métallique, j’ai gratté la rouille bien visible par endroits sur l’armature.

Profitant d'un jour de beau temps venteux, j'ai ensuite badigeonné  l'armature d'une bonne couche d’antirouille, en attendant de la repeindre.

Je ne voulais pas la repeindre de la couleur d’origine,  qui semblait être vert.

J’avais envie qu’elle soit couleur rouille, ou couleur des fougères séchées, ou d'une couleur que l’on retrouve dans les pierres de schiste, dans les cévennes.

J’ai opté pour une peinture en bombe couleur cuivre métallisé,  pas du tout écolo mais le plus simple pour avoir des finitions nettes,  pas de coulure, pas de poils de pinceaux collés un peu partout ...car la peinture au pinceau, ça n'est pas trop mon truc.

J'avais mis de côté quelques babioles susceptibles d'être utilisées  comme décos, je les ai bombées aussi.

Je me suis alors  mise à la recherche de roues, car impossible de récupérer quoi que ce soit dans les roues d’origine.

Et là , ça s’est avéré plus compliqué que prévu.

Le bon coin, les puces du coin, la déchetterie, les Emmaüs, les vide-greniers  et autres plans pas trop chers, pas moyen de dégotter deux roues trouées au centre, du même diamètre, aux jantes suffisamment larges.

C'était l'hiver, j'étais alors en pleine période d'addiction à Kaamelott, Vikings et Cie ... et à  force de voir passer  sur l'écran des charrettes avec des roues en bois pleines, je  me suis dit que j'allais tenter d'en bricoler deux pour la carriole ...

Bien sûr,  la carriole ressemblait plus à une carriole, mais bonjour le poids, et le look médieval,  bof bof !

Il s’en est suivi une légère démotivation, et une grosse pause de plusieurs mois dans la rénovation de la carriole ...

Dernièrement,  alors que se profilent à l’horizon quelques projets de marchés ou d’expos, je m'y suis remise.

Voilà peut-être de bonnes occasions pour la carriole de reprendre la route.

Mon stock de planches de récup' s’est bien agrandi depuis l’hiver 2018. J'y ai trouvé les morceaux  nécessaires pour les côtés et le fond de la carriole.

Ils ont besoin d'être poncé, car tachés par endroits. Je les laisserai ensuite à l'état brut, pour une carriole "nature".

Cependant, toujours pas de roues à l'horizon, mis à part mes deux roues moyenâgeuses.

Il y a quelques jours, par curiosité, je suis allée faire un tour là :

et j’y ai trouvé, pour 8 euros, deux roues avant de vtt en très bon état  !!!!

 

... à suivre ...

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoire *